Retour page précédente
Septembre
Sortir

Les expos dans les galeries sarladaises

Dans la Galerie V&A, rue Fenelon

Exposition de Anna Doumler jusqu’au 21 septembre

Depuis son installation dans le Périgord Noir, l’artiste peint, essentiellement à l’huile, les paysages qui symbolisent le caractère et la poésie des lieux qui la marquent. L’absence de personnages dans ses compositions est volontaire : Anna se concentre sur l’écoute de son dialogue intérieur avec la nature qui l’entoure: des murmures et des silences de saisons, de végétaux, de vielles bâtisses.

Quand à ses portraits, la rencontre avec Liliane, met en évidence le besoin, insoupçonné jusqu’au là, d’explorer le monde à travers les personnes rencontrées. Un autre chemin pour rendre palpable ce qui se devine derrière le visible.

« je me suis rendu compte en parlant avec elle que mon regard, une fois posé sur cette femme, restait fixé sur elle. Un désir irrésistible de la dessiner, peindre, suivre les courbes de ses épaules vers le cou, son front, résoudre l’énigme de l’incroyable douceur de son regard m’a pris au dépourvu. Dès lors, elle est devenue ma muse. J’ai peint beaucoup de portraits depuis, mais je reviens sans cesse à de nouvelles interprétations de Liliane ! » .Voila le déclic et le début de travail sur les portraits, qui dès lors passionne l’artiste.

 

« Le livre des montagnes et des mers » d’Anton 3000 du 23 septembre au 26 octobre

Anton est un jeune artiste de 28 ans. Il est né en 1991 à La Havane (Cuba). Il vit et travaille entre Paris et la Havane.

Anton expose son travail depuis 2 ans tant en France qu’à l’étranger (Paris, Mexico, La Havane)

Cette série de peintures a pour source son étude d’un ouvrage écrit durant l’antiquité chinoise, le Shanhaijing (Livre des Montagnes et des Mers). Il s’agit essentiellement d’un recueil de données géographiques et de légendes de la Chine ancestrale. C’est la source des mythes chinois anciens encore présents dans la culture actuelle.

Ainsi, plus de cinq cent montagnes sont évoquées avec des descriptions précises des minéraux, cours d’eau, végétaux, et animaux présents sur ces territoires. Cette analyse quasi scientifique des paysages chinois est ponctuée de rencontres avec des créatures mythologiques, telles des apparitions.

A l’origine Le Livre contenait des illustrations, puisqu’elles sont encore mentionnées dans un poème au 4ème siècle.Certains pensent même que l’ouvrage fut composé autour d’elles, le texte actuel n’étant peut-être qu’un commentaire. Aujourd’hui elles ont disparues,

C’est dans cette alliance entre ouvrage géographique et poésie légendaire que l’artiste a puisé son inspiration. C’est ce lien entre images et ouvrage littéraire qu’Anton a voulu retisser au travers de cet ensemble de peintures.